De l’énergie puissante pour tous les pauvres

Plus de deux milliards d’habitants de la Terre ne disposent pas d’une énergie puissante pour leurs besoins élémentaires quotidiens (cuisiner, chauffer, éclairer). Ce qui induit de gros soucis sanitaires et de développement. Faute d’énergie, ces gens doivent dévaster leurs environnements pour récupérer du bois, une énergie assez faible (16000 joules/kilo), en y gaspillant leur temps, qui est perdu pour toute autre chose.

Dixit la Banque Mondiale et Mme, Anita Marangoly George, vice-présidente, Washington DC, USA, tout a été essayé depuis 25 ans, en vain me disait-elle. Les choses sont ainsi : rien d’autre ne convient à ces gens que le feu, pour des motifs socio-culturels profonds qui ne changeront pas de sitôt.

Alors, peut-on, du jour au lendemain, à très bon marché, sans danger, apporter à ces gens l’énergie puissante qu’il leur faut, sans qu’il ne soit besoin d’infrastructures lourdes, et d’investissements par centaines de milliards sur des dizaines d’années pour ce faire ? La réponse est oui. Avec de la paraffine. Un produit abondant, bon marché, stable, sans danger, stockable indéfiniment, et transportable comme on veut. Dans un volume faible, la paraffine contient trois fois plus d’énergie que le bois ou le charbon, et autant que tous les hydrocarbures classiques. Cette photographie permet de voir d’un seul regard ce qu’on peut en faire en pratique, en l’optimisant à la marge pour trois fois rien :

Capture d’écran 2020-07-26 à 03.22.10

On y voit la différence simultanée d’énergie développée entre une bougie IKEA de base, et la même chose, exactement, mais améliorée. Le rapport est de 1 pour 800… Sans magie, ni ajout d’hydrocarbures. La différence, aussi, entre un objet simplement décoratif et un brûleur d’un coup immédiatement utile pour cuisiner, chauffer, éclairer. Et une technologie que n’importe qui peut reproduire chez lui en dix minutes. Une chose qu’on peut aussi utilement apprendre sous nos latitudes : si la situation tournait vinaigre, on aurait toujours une roue de secours à portée de main (…). 

C’est quoi ce bazar ?! Où ça en est, etc. Hum… la suite, à lire ici, très bientôt. Avec tous les éléments.

Et l’époque étant ce qu’elle est : on peut en attendant passer cette photo à un détecteur de trucage tant qu’on veut, il ne trouvera rien… :-). Dans ce site, tout est toujours exact. Voici d’ailleurs des extraits d’échanges avec la Banque Mondiale (A.George, Vp), les équipes de l’IFG, sa Division Investissements ; ainsi qu’avec M. E. Liron, vice-président du Russe Rosneft, le N°1 mondial du pétrole, ainsi qu’avec son adjoint, M. Sergey Nesterenko, Directeur de la production pétrole & gaz de Rosneft. Bref…, bref… «ceci n’est pas un exercice».

EchangesCourriel

Lien court : Bientôt, ici. 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s